Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
etp-pratique.com

Prise en charge de l'obésité

 

LA CHIRURGIE BARIATRIQUE

 

Partie 3/3 : et après ?

 

 

(vous aurez très prochainement un article abordant les moyens à votre disposition pour la prise en charge de l'obésité, avant d'envisager une opération)

 

 

Vous y êtes, c'est le jour de la sortie et du retour à la maison !

Pendant 2 à 4 semaines, vous allez devoir continuer à porter vos bas de contention et avoir quotidiennement une injection intramusculaire (que vous pouvez faire vous-mêmes) pour éviter les phlébites et embolies pulmonaires (lien en fin de page).

Jetons un œil sur votre garde manger, sur ce que vous pourrez avaler. Vous aurez eu un rendez-vous diet/nutrition avant de quitter le service de chirurgie. Vous aurez avec vous votre petit carnet où seront notés les aliments que vous pouvez manger, ceux qu'ils faut éviter, sont qui sont déconseillés...

Il va donc falloir adapter votre alimentation à votre estomac tout neuf !

Dans les premiers jours, c'est très liquide. Potage/lait en poudre, yaourt compote.

Puis vous pourrez intégrez de la viande mixée, à votre rythme, ensuite de tout petits morceaux à bien mâcher....Vous pouvez être sujet aux nausées et vomissement, le temps que votre corps s'adapte. Il y aura des collations (matin et après-midi, voire le soir).

Suivant les personnes, le retour à une alimentation « classique » en terme de texture se fait en moyenne sous deux mois. Vous devrez TOUJOURS :

 

  • prendre votre temps pour manger,

  • bien mâcher,

  • ne pas boire et manger en même temps (à adapter chaque personne est différente),

  • ne pas boire de gazeux (sodas, eau pétillante...),

  • Privilégier les sources de protéines, puis les féculents, puis les légumes (dans cet ordre).

 

Ayez bien à l'esprit que ce n'est pas un régime que vous allez faire. Non, vous allez devoir complètement modifier vos habitudes de vie.

(de même que pour l'hospitalisation et l'opération, si vous voulez que je vous détaille les menus types, aliments à privilégier...dites le moi en commentaire).

 

Dans le parcours pré-opératoire que vous avez suivi, vous avez rencontré un(e) psychologue et/ou psychiatre. Pourquoi ?

 

Parce que l'obésité, dans la majeure partie des cas, provient de ce que l'on appelle des Troubles du Comportement Alimentaire.

On est stressé...on se fait le pot de glace,

On est énervé...on flingue la plaquette de chocolat,

On est euphorique...on se tape le méga sandwich rillettes/cornichons avec supplément salami (bon là ok, j'exagère peut-être un peu ^^).

 

Vous voyez ce que je veux dire ?

 

Dans ces cas précis, ce sont les émotions qui amènent à manger.

Quand on arrive pas (ou plus) à gérer nos émotions, on se jette sur la nourriture; c’est un refuge, une compensation, un réconfort...là où d'autres allumerait une cigarette ou se servirait un verre (on peut aussi faire les trois).

 

La nourriture, de même que la cigarette et l'alcool peut être addictive.

 

Un fumeur veut se sevrer de la cigarette ? Il ne fume plus

Un alcoolique veut se sevrer de l'alcool ? Il ne boit plus que de l'eau

Une personne obèse veut se sevrer de la nourriture ? Elle ne peut pas. Elle continue de manger, faute de quoi elle meurt.

 

C'est là LE problème. On est obligés de manger pour vivre, pas d'autre choix.

 

Voilà pourquoi il est PRIMORDIAL d'avoir bien suivi tout le protocole avant l'opération, pour être lucide sur les raisons qui nous amenées à l'obésité et trouver les moyens de nous soigner.

 

Sans réflexion personnelle, sans suivi psychologique, sans aide de l'entourage (famille, amis, collègues...), l'opération ne pourra pas à elle seule permettre de perdre du poids DURABLEMENT.

(avis personnel) : à l'heure actuelle, les patients ne sont pas assez écoutés quant à leur problématique.

Il faut que la préparation à la chirurgie soit plus complète, que les futurs opérés puissent rencontrer des patients comme eux (cela se pratique dans certains centres), qu'il puissent poser toutes les questions qu'ils ont, qu'ils aient par exemple un référent (patient ressource), qui pourra les écouter, les conseiller, les orienter...

Voilà pourquoi je m'investis dans l'Education Thérapeutique du Patient, voilà pourquoi j'ai décidé d'être patient ressources ; pour tenter d'améliorer la prise en charge globale des malades chroniques.

J'espère que vous aurez trouvé dans cet article les réponses aux questions que vous vous posiez. Si ce n'est pas le cas, écrivez un commentaire (ou un mail, comme vous préférez), j'y répondrais avec plaisir.

 

Si vous venez de vous faire opérer, ou si vous allez le faire, je vous souhaite tout le courage possible pour mener à bien ce beau projet de vie !

N'hésitez pas à nous faire part de votre ressenti, des difficultés que vous avez pu rencontrer, des joies et bonheurs que vous avez eu...

 

Prenez soin de vous

 

Olivier

 

Liens utiles :

 

La phlébite

L'embolie pulmonaire

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article